Monday, July 28, 2014

À qui confier son animal pendant l'été ? - La République du Centre

0 comments

La douloureuse séparation doit être préparée. Différentes offres existent mais ne conviennent pas forcément à tous les animaux. Ni aux maîtres.



Médor ne fera partie de l'aventure cet été. Il ne sera pas du voyage. Il faut donc lui trouver une nouvelle maison, ou un « pet sitter » (une personne qui garde les animaux de compagnie), le temps que ses maîtres rentrent de vacances. Petit aperçu des solutions qui existent dans l'agglo, pour les compagnons qui aboient, miaulent, grignotent des carottes, ou bullent dans un bocal.


1 Le chenil ou la pension


La solution la plus répandue, pour placer un animal de compagnie, c'est bien le chenil ou la pension. Devant le peu de solutions qu'offre l'agglomération, il faut s'éloigner un peu. À moins d'une heure d'Orléans en voiture, se trouve la pension Chenil Plaisance, à Saint-Père-sur-Loire. Les tarifs vont de 12 € par jour pour un petit chien à 14 € pour un grand chien. Le tarif est unique pour le chat, 9 €.


Toujours à moins d'une heure, le chenil les Chevalliers, où les prix varient en fonction de la taille de l'animal, de 16 à 18 €. « Chaque chien à son propre box, et profite d'un jardin clôturé à tour de rôle avec ses congénères. De même pour les chats, qui possèdent eux leur propre loge » explique la propriétaire. En optant pour cette solution, Médor séjournera dans un lieu spécialement conçu pour accueillir des animaux, et doté d'équipements spécifiques. Mais attention, il faut bien choisir sa pension, et surtout réserver à l'avance. Les bonnes pensions sont vite complètes. Si aucune place n'est disponible dans l'agglo, elle conseille d'emmener son animal en vacances et de trouver un chenil sur place.


2 La famille d'accueil


L'animal est gardé directement chez la famille d'accueil, appelée « pet sitter ». Il faut alors prendre le temps de faire connaissance avec elle et de familiariser le pensionnaire avec les lieux. Plusieurs sites proposent de mettre en relation le propriétaire et le « pet sitter ». À l'image d'Animaute. Le principe, choisir son « pet sitter » suivant une liste de critères, échanger via la messagerie du site, confirmer et visiter le domicile avec son animal.


Il faut cependant que la personne retenue ait bien l'habitude des chiens. « Le caractère du chien n'est pas le même à la maison qu'à l'extérieur, celui-ci peut devenir agressif », explique la vétérinaire de 4 Pattes land à Orléans, qui fait également pension chez elle. Les tarifs sont à l'appréciation du « pet sitter ». Sur Orléans, les premiers tarifs débutent à 24 €.


3 L'échange entre particuliers


Une autre solution est celle de faire garder son animal de compagnie, pendant ses vacances, par un autre propriétaire d'animal. En échange, il faut garder le sien de la même façon. L'échange est gratuit, cependant, il est possible de passer via le site Animal Futé, qui demande un montant de 30 € à l'inscription.


Comme pour les autres solutions, emmener son animal visiter sa maison de vacances avant l'échange est la clef de la réussite. Et il faut, de préférence, trouver un propriétaire sur la même longueur d'ondes en matière d'éducation.


4 La garde à domicile


C'est la solution qui ne dépaysera pas votre compagnon. Mais pour cela, il faut que la confiance s'installe. Le site Jemepropose met en relation le propriétaire et la personne qui garde l'animal. Il vient promener et rendre visite à l'animal chez vous, suivant ce qui est convenu avant le départ, pour 8 € par jour en moyenne. Des sites Internet spécialisés existent, comme Dogsitting.


Autre solution plus complète, Ilidor, une agence de gardiennage qui garde la maison et les animaux, pour 171 € les 8 jours. Et sa communauté internationale de home-sitter, qui permet de choisir soi-même qui gardera maison et Médor.


Anaïs Petit



La suite ►

L'US Orléans attend la décision du comité exécutif de la FFF pour ... - La République du Centre

0 comments

L’US Orléans a de fortes chances de se mesurer à Sochaux samedi mais elle attend toujours l’officialisation de la FFF. Ce qui perturbe un peu sa préparation.



Sochaux ou Lens ? À quatre jours du coup d'envoi du championnat de Ligue 2 ce vendredi, l'US Orléans ne connaît toujours pas officiellement son premier adversaire qu'elle affrontera en match décalé le samedi 2 août (17 heures).


Cela a d'abord été Sochaux dans le calendrier initial, puis Lens quand le club nordiste interdit de monter en Ligue 1 par la DNCG ,a été remplacé par la formation doubiste alors repêchée. Depuis vendredi soir et l'avis favorable du CNOSF pour que Lens évolue bien en Ligue 1, il y a 90 % de chances que les Orléanais se mesurent à Sochaux. Il ne reste plus qu'à attendre la décision du comité exécutif de la FFF qui doit se réunir aujourd'hui pour l'officialisation. Normalement.


« Pas très sérieux »

C'est évidemment beaucoup plus compliqué à vivre pour le club sochalien qui s'est vu en Ligue 1. Il a bloqué son recrutement en fonction de la décision et l'incertitude a également perturbé sa préparation dans la mesure où la L1 reprend une semaine plus tard. Mais l'US Orléans a également été impactée par le feuilleton lensois.


« Je veux bien qu'il y ait des recours mais à un moment donné, il faut penser aussi aux clubs qui font la compétition », déplore Olivier Frapolli, le coach orléanais. « Là, on va attaquer la semaine sans savoir où on va jouer. Ce n'est pas très sérieux. On demande aux clubs d'être professionnels à tous les niveaux, avec notamment une grosse exigence financière, et c'est normal. Et d'un autre côté, on est obligé de subir une situation qui n'est pas de notre fait. C'est quand même pénible. »


Côté logistique, le club avait anticipé les deux éventualités et attend le feu vert de la FFF pour valider ses options. Au niveau sportif, le staff orléanais va devoir affiner sa copie. « On a été obligé de superviser les deux adversaires mais on avait plus travaillé sur Lens », avoue Olivier Frapolli.


Patrick Paumier



La suite ►

L'US Orléans termine sa préparation sur une bonne note en battant l ... - La République du Centre

0 comments

Hier à Olivet, l’US Orléans a maîtrisé son dernier match de préparation face à l’UNFP mais a manqué de réalisme en attaque. Elle s’est toutefois imposée sur une superbe frappe lointaine en pleine lucarne de Julien Delonglée.



C'est bon pour la confiance


Ce n'est pas forcément très significatif mais c'est toujours bon à prendre. L'US Orléans a terminé ses matches de préparation par une victoire face à l'UNFP (1-0), hier soir, au complexe du Donjon à Olivet.


Avec quelques individualités mais logiquement sans automatisme, l'équipe de l'UNFP (Union nationale des footballeurs professionnels) composée de joueurs sans club ne constituait pas l'opposition idéale pour se mettre dans le rythme du championnat, à une semaine du premier match de Ligue 2, normalement à Sochaux. « C'était un choix. On a déjà joué une équipe de L1, trois de L2. Là, cela permettait de travailler sur d'autres choses et d'éviter aussi des blessures », explique Olivier Frapolli.


Le coach orléanais n'était d'ailleurs pas mécontent du contenu d'un match bien maîtrisé à l'exception du réalisme offensif. « C'est embêtant car j'avais mis l'accent sur ce secteur où l'on n'avait pas été très performant sur les derniers matches. Et sur cette rencontre, il y avait de la place pour marquer plus de buts. Mais c'est déjà bien de se créer des occasions. »


Des occasions, les Orléanais en ont eues un bon paquet, notamment en première période mais Loris Arnaud (5 e), Wilfried Louisy-Daniel sur une reprise écrasée (13 e) puis sur un tir pas assez appuyé (34 e), Matthieu Ligoule (29 e) ou Loïc Puyo sur une frappe enroulée sont tombés sur un Daniel Yeboah en état de grâce. Toutefois, l'ancien gardien de Dijon a finalement dû s'incliner sur un somptueux tir de Julien Delonglée en pleine lucarne (45 e). « Loris (Arnaud) me fait une belle remise et j'ai saisi ma chance. Déjà, je ne marque pas souvent, alors un but comme ça, c'est sûr, ça fait plaisir », avoue l'auteur de l'unique réalisation du match.


La barre pour Puyo

Face à un adversaire un peu plus incisif après la pause avec une équipe quasiment entièrement renouvelée, l'US Orléans s'est souvent approchée du but, a même touché la barre sur une jolie frappe de Loïc Puyo (73 e) mais sans jamais réussir à doubler la mise.


L'US Orléans en a désormais fini avec le gros de sa préparation. Dans six jours, elle effectuera ses grands débuts en L2. Vivement samedi !


Patrick Paumier



La suite ►

L'US Orléans se mesure à l'équipe de l'UNFP aujourd'hui à Olivet - La République du Centre

0 comments

L’US Orléans dispute son sixième et ultime match de préparation avant le coup d’envoi de la Ligue 2, ce soir (18 h 30) à Olivet face à une équipe de joueurs pros au chômage.



Dernier test avant la Ligue 2


Une semaine très exactement avant le grand jour et son premier match en Ligue 2, l'US Orléans disputera sa dernière rencontre de préparation, aujourd'hui (18 h 30) au Donjon, à Olivet. Elle se mesurera à la formation de l'UNFP (Union nationale des footballeurs professionnels) composée de joueurs actuellement au chômage. Le plus connu d'entre eux (voir par ailleurs) est sans aucun doute Bernard Mendy, l'ancien joueur du Paris SG, sans club après la fin de son dernier contrat à Brest.


« C'est une équipe joueuse car les garçons veulent se montrer », affirme Olivier Frapolli, le coach orléanais. Joueuse mais logiquement moins rigoureuse comme le démontrent ses précédents résultats : un nul (Laval) et quatre défaites (Créteil, Clermont, Boulogne et Metz). Elle est coachée par un trio de d'entraîneurs également à la recherche d'un club : Laurent Fournier (ex-Paris SG et Auxerre), Philippe Vercruysse et Laurent Denis.


Derniers choix

L'US Orléans se concentrera sur « les choses que l'on a commencé à mettre en place », selon Olivier Frapolli. On s'intéressera également au onze de départ, généralement pas très éloigné de celui qui attaquera le championnat. « Très honnêtement et sans langue de bois, je n'ai pas encore fait tous mes choix », avoue Olivier Frapolli. « Cela dépendra de notre adversaire (Lens ou Sochaux) et il y a des postes (ndlr : latéraux et milieux défensifs) où la concurrence joue à plein. J'attends justement ce dernier match pour en savoir un peu plus… »


è Le match. US Orléans - UNFP, aujourd'hui, 18 h 30, au Donjon, à Olivet. Entrée : 3€, gratuit pour les moins de 16 ans.


Patrick Paumier



La suite ►

Sunday, July 27, 2014

Politiques, sportifs, entrepreneurs ou religieux dévoilent le planning ... - La République du Centre

0 comments

Qui part où ? Qui fait quoi pour se détendre pendant la longue pause estivale ? Tour d’horizon avec des Orléanais connus.



Où les personnalités se reposent-elles ?


Quelques personnalités orléanaises se confient sur leurs destinations et occupations de vacances.


n Mgr Jacques Blaquart, évêque d'Orléans. Les vacances de l'évêque ont commencé avec l'annulation du pèlerinage national des étudiants en Terre sainte qui devait démarrer le 23 juillet. Ce voyage a été remplacé par un séjour à Vezelay (Yonne) et à l'abbaye Sainte-Marie-de-la-Pierre-qui-Vire (Morvan) avec 16 jeunes et prêtres du département, jusqu'à ce soir. Ensuite, il prendra la direction de l'institut religieux Notre-Dame-de-Vie, à Venasque (près d'Avignon), son « lieu de ressourcement ». Il reviendra à Orléans fin août pour participer au pèlerinage diocésain à Lourdes (départ le 21).


n Pierre-Étienne Bisch, préfet du Loiret et de la région Centre. Il devra patienter jusqu'au 10 août avant d'enfiler ses chaussures de randonnée et d'arpenter les sentiers de montagne en France, comme chaque année. Tout en gardant un 'il sur le Loiret et la région Centre. En son absence, c'est le secrétaire général de la préfecture qui assurera l'administration au quotidien.


Prendre du

« temps pour soi »

n Charles-Éric Lemaignen, président UMP de l'AgglO. Comme tous les étés, le président de communauté d'agglomération a consacré une semaine à ses amis et à l'Auvergne. Depuis, il se contente de sauts de puce entre la Sologne et Orléans, libre pour ses enfants et ses petits-enfants ; la lecture aussi.


n Hélène Mouchard-Zay, présidente du Cercil. Cette année, elle partira peu. Elle est en ce moment, et pour 4 jours seulement, en Vendée, dans une maison pas loin de la mer. « J'aime énormément l'océan, c'est indispensable pour les vacances. » Sa priorité ira à se donner « du temps à soi », à travers la lecture, la musique et les promenades. En août, elle restera chez elle et profitera de son jardin à Orléans.


n Corinne Leveleux-Teixeira, conseillère municipale PS à Orléans. Plutôt montagne que mer, c'est la première année que la famille passera du bon temps en Auvergne, dans le Livradois, dans la petite maison qu'elle a achetée. Des vacances à cheval sur juillet et août, « au vert, au calme, reposantes », avec lectures et promenades en forêt.


n Alex Vagner, patron de la discothèque Le Gardel's. Ce pilier des nuits orléanaises ira prendre le soleil à Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes) du 2 au 16 août, avec sa femme et son chien. Son fils ne sera pas bien loin de là, à 10 km. Sabine Bégault, son épouse opticienne, en profitera pour prospecter sur la côte et faire connaître la marque de lunettes qu'elle a créée.


n Michel Ricoud, conseiller général et municipal PCF à Orléans. Le repos est scindé en deux. « Par tradition », il a pris ses vacances la dernière semaine de juin. Direction Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales) avec sa femme, où il loue un mobile home au camping des Acacias. « On a le soleil, la mer, la chaleur. On se baigne et on se balade le long de la côte rocheuse. » Il est donc présent sur le terrain, à Orléans, une bonne partie de l'été. Hormis du 2 au 9 août, où il repart avec sa femme et son petits-fils, cette fois, en Bretagne sud. Toujours en mobile home.


n Thomas Renault, gardien de but de l'USO. Vacances évidemment décalées pour le plus emblématiques des footballeurs orléanais : elles couraient du 25 mai au 25 juin. Après une semaine près du Mont Saint-Michel chez les parents de Sandra, sa compagne, et après y avoir laissé leur petit bonhomme de 7 mois, Thomas Renault a arpenté « Lisbonne et ses rues pittoresques. On aime bien découvrir des capitales européennes », avant de se reposer à Tenerife, en Espagne. « Mais là, on n'a pas été trop gâté par le temps… » « C'est passé très vite, ajoute celui qui, en l'espace d'un trimestre, a vécu une victoire électorale (il a été élu conseiller municipal dans l'équipe de Serge Grouard) et la montée en Ligue 2. Mais ces vacances sont celles qui m'ont fait le plus de bien. Il fallait ces quatre semaines pour bien récupérer, bien décompresser ! »


Mer, montagne, retraite spirituelle ou séjour à l'étranger

n Didier Burban (P-DG de Burban palettes). Comme de nombreux chefs d'entreprise, Didier Burban ne s'éloigne pas longtemps de son bureau. Une semaine « en famille, dans la région nantaise », à la mi-juillet, où il fonctionne à mi-temps : « travail le matin » et « détente l'après-midi ». Et une autre, « à plein-temps, à Dubrovnik (Croatie) », la troisième semaine d'août, « très calme en général ». Il concède quand même que son épouse l'y « oblige ! Sinon, j'oublierais presque de partir. Pourtant, c'est important de couper ! Être usé le 15 septembre, ce n'est pas le but ! »


n François Péronnet, entraîneur d'Orléans Loiret Basket. Les vacances ont été studieuses et américaines pour le nouveau coach en chef de l'OLB. Non seulement il a suivi les Summer leagues d'Orlando et de Las Vegas (soit « 60 matches vus et 240 joueurs observés », sans compter les entraînements des équipes d'Orlando et de Cleveland auxquels il était autorisé à assister), mais François Péronnet a également participé à un séminaire de « process communication » à Washington, pendant une semaine. Une formation « pour améliorer la communication entre individus » à partir du travail d'un chercheur américain que la NASA avait missionné pour anticiper les situations de stress de ses astronautes.


Marie Guibal et Pascal Bourgeais



La suite ►

L'US Orléans termine sa préparation sur une bonne note en battant l ... - La République du Centre

0 comments

Hier à Olivet, l’US Orléans a maîtrisé son dernier match de préparation face à l’UNFP mais a manqué de réalisme en attaque. Elle s’est toutefois imposée sur une superbe frappe lointaine en pleine lucarne de Julien Delonglée.



C'est bon pour la confiance


Ce n'est pas forcément très significatif mais c'est toujours bon à prendre. L'US Orléans a terminé ses matches de préparation par une victoire face à l'UNFP (1-0), hier soir, au complexe du Donjon à Olivet.


Avec quelques individualités mais logiquement sans automatisme, l'équipe de l'UNFP (Union nationale des footballeurs professionnels) composée de joueurs sans club ne constituait pas l'opposition idéale pour se mettre dans le rythme du championnat, à une semaine du premier match de Ligue 2, normalement à Sochaux. « C'était un choix. On a déjà joué une équipe de L1, trois de L2. Là, cela permettait de travailler sur d'autres choses et d'éviter aussi des blessures », explique Olivier Frapolli.


Le coach orléanais n'était d'ailleurs pas mécontent du contenu d'un match bien maîtrisé à l'exception du réalisme offensif. « C'est embêtant car j'avais mis l'accent sur ce secteur où l'on n'avait pas été très performant sur les derniers matches. Et sur cette rencontre, il y avait de la place pour marquer plus de buts. Mais c'est déjà bien de se créer des occasions. »


Des occasions, les Orléanais en ont eues un bon paquet, notamment en première période mais Loris Arnaud (5 e), Wilfried Louisy-Daniel sur une reprise écrasée (13 e) puis sur un tir pas assez appuyé (34 e), Matthieu Ligoule (29 e) ou Loïc Puyo sur une frappe enroulée sont tombés sur un Daniel Yeboah en état de grâce. Toutefois, l'ancien gardien de Dijon a finalement dû s'incliner sur un somptueux tir de Julien Delonglée en pleine lucarne (45 e). « Loris (Arnaud) me fait une belle remise et j'ai saisi ma chance. Déjà, je ne marque pas souvent, alors un but comme ça, c'est sûr, ça fait plaisir », avoue l'auteur de l'unique réalisation du match.


La barre pour Puyo

Face à un adversaire un peu plus incisif après la pause avec une équipe quasiment entièrement renouvelée, l'US Orléans s'est souvent approchée du but, a même touché la barre sur une jolie frappe de Loïc Puyo (73 e) mais sans jamais réussir à doubler la mise.


L'US Orléans en a désormais fini avec le gros de sa préparation. Dans six jours, elle effectuera ses grands débuts en L2. Vivement samedi !


Patrick Paumier



La suite ►

L'US Orléans se mesure à l'équipe de l'UNFP aujourd'hui à Olivet - La République du Centre

0 comments

L’US Orléans dispute son sixième et ultime match de préparation avant le coup d’envoi de la Ligue 2, ce soir (18 h 30) à Olivet face à une équipe de joueurs pros au chômage.



Dernier test avant la Ligue 2


Une semaine très exactement avant le grand jour et son premier match en Ligue 2, l'US Orléans disputera sa dernière rencontre de préparation, aujourd'hui (18 h 30) au Donjon, à Olivet. Elle se mesurera à la formation de l'UNFP (Union nationale des footballeurs professionnels) composée de joueurs actuellement au chômage. Le plus connu d'entre eux (voir par ailleurs) est sans aucun doute Bernard Mendy, l'ancien joueur du Paris SG, sans club après la fin de son dernier contrat à Brest.


« C'est une équipe joueuse car les garçons veulent se montrer », affirme Olivier Frapolli, le coach orléanais. Joueuse mais logiquement moins rigoureuse comme le démontrent ses précédents résultats : un nul (Laval) et quatre défaites (Créteil, Clermont, Boulogne et Metz). Elle est coachée par un trio de d'entraîneurs également à la recherche d'un club : Laurent Fournier (ex-Paris SG et Auxerre), Philippe Vercruysse et Laurent Denis.


Derniers choix

L'US Orléans se concentrera sur « les choses que l'on a commencé à mettre en place », selon Olivier Frapolli. On s'intéressera également au onze de départ, généralement pas très éloigné de celui qui attaquera le championnat. « Très honnêtement et sans langue de bois, je n'ai pas encore fait tous mes choix », avoue Olivier Frapolli. « Cela dépendra de notre adversaire (Lens ou Sochaux) et il y a des postes (ndlr : latéraux et milieux défensifs) où la concurrence joue à plein. J'attends justement ce dernier match pour en savoir un peu plus… »


è Le match. US Orléans - UNFP, aujourd'hui, 18 h 30, au Donjon, à Olivet. Entrée : 3€, gratuit pour les moins de 16 ans.


Patrick Paumier



La suite ►
 

Copyright © Orléans Hub Design by O Pregador | Blogger Theme by Blogger Template de luxo | Politique de confidentialité